logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/04/2010

Mon Trésor

Une petite pose dans mes souvenirs pour vous faire partager un moment de vie actuelle. Peut-être vous sentirez vous moins seuls (écrit hier à l'atelier d'écritures) Avec une ancienne mais toujours actuelle chanson d'illustration:

L’autre jour, mon homme, qui relève le courrier, me dit

-         Tiens ! Ton chéri t’a écrit !

Et moi, en rigolant, je lui  réponds :

-         Lequel ?  J’en ai tellement !

Et il me tend  la lettre en disant :

-         Le vieux ! Celui qui ne t’oublie jamais ! Mais ! Tu sais ! Je me demande s’i l est tellement fidèle, car il me semble que j’ai vu le facteur glisser une lettre de la même écriture dans la boîte de la voisine. Un vrai coureur de jupons ton chéri, il drague toutes les femmes du quartier !

Je lui prends la lettre des mains et découvre le contenu du courrier :

-         Oh ! Celui-là ! Le vieux ! Tu n’as rien à craindre. Il veut seulement que je lui fasse ma déclaration d’amour habituelle. C’est un inquiet ! Il a tellement besoin d’amour que chaque année il faut que je lui raconte tout !

C’est un jaloux ! Il veut tout savoir ! Si j’ai toujours le même conjoint. Si on n’a pas fait des fredaines et eu un autre enfant.

Il veut savoir si je  ne découche pas de chez nous, et si j’ai  toujours la même résidence principale.

Il veut même savoir si j’ai la télé. Là ça doit le rassurer, il se dit si elle regarde la télé elle n’ira pas courir ailleurs !

Figures toi qu’il est même jaloux de l’employé de la banque. Y veux savoir ce qu’on « trifouille » tous les deux là-bas ! Il est à l’affut de la moindre des rumeurs sur mon compte !

Oui ! Oui ! Chaque année, il faut lui répéter la même chose ! Et après ça ! Ca ne lui suffit pas !

-         Plusieurs fois par an il ramène sa fraise. Et il faut que tu les allonges.  Il n’a même pas le courage de venir lui-même relever les compteurs. Il envoie des tiers. Des portes-flingues qui ont vite fait de te raccourcir de 10% si tu ne peux pas payer à l’heure !

-         Qu’est-ce que je regrette le jour où je lui ai fait ma première déclaration ! J’étais jeune à l’époque et presque fière qu’il s’intéresse à moi ! Maintenant je ne peux plus reculer ! Il me connaît ! D’autant plus que je n’ai réalisé que plus tard que ce racketteur ! ce proxénète, ne s’intéressait à toi que tant que tu peux encore tapiner et gagner de la thune !

-         Après ! Quand tu es trop ridée, que chez toi tout est raplapla, surtout ton porte monnaie, il t’oublie un peu. Par habitude ! Tu la lui fais sa déclaration. Mais ! Lui ! aucun signe de vie ! Seulement une petite lettre en fin d’année pour te dire que  t’es pas imposable et au fond il y a le chiffre zéro !  Remarque ! Moi j’veux bien être un zéro, pour cet enfoiré !

-         Voilà ce qu’il est « Mon Chéri » ! Mais tu sais ! J’ai entendu dire qu’il avait des mœurs spéciales et qu’il était « à la voile et à la vapeur » alors ça m’étonnerais pas que tu reçoives un de ces jours une lettre à ton nom !

-         En fait ! Il n’est pas net ! Mon Trésor !  Public !

27/04/2010

Ma guerre. Ch 4 La bouffe

Je continue. Mais prenez bien conscience que ce n'est pas la grande histoire que je vous raconte mais seulement mes souvenirs, à moi, de ces années là! Alors! La petite fille que j'étais se rend compte aujourd'hui qu'elle a eu beaucoup de chance. lui), Après la signature de l'armistice de 1940. Ecoutez Pétain l'annoncer sur la radio: 

Ce fut la démobilisation. Mon papa Léon, s'est remis au service de la SNCF et donc il a pu revenir dans ses foyers. Quand il était en instance de démobilisation, il s'est souvenu d'avoir vaguement entendu parler, par un aûmonier militaire, de l'appel de de Gaulle du 18 juin, mais pour l'armée Française vaincue de l'époque ce n'était même pas un vague espoir! Nous avons quitté Ruy et les grands parents pour revenir à Condrieu. Hier j'ai regardé Google map et j'ai retrouvé ma maison 1 Grande Rue, à peine changée. Seule la couleur des volets a changé, ils sont marrons et quand j'y étais ils était gris. Je pense que c'est le même bois , plus de 70 ans comme moi.  La fenêtre de la cuisine c'était la droite, la chambre la gauche. A côté il y avait un bureau de tabac qui apparemment n'y est plus. Une rue étroite, du vieux Condrieu, juste en face de l'Eglise. J'allais à pied à l'école: l'ecole des Marroniers qui existe toujours

i grande rue Condrieu.JPG
Nous avons repris un semblant de vie normale, j'ai grandi, je suis allée à l'école, j'ai appris à lire et ce que je vais vous raconter maintenant c'est notre vie de 40 à 44, avant qu'arrive le grand évènement de la libération.
Une des grosses préoccupations du moment c'était la bouffe:
Voici ce que j'ai écrit à ce sujet à l'atelier d'écritures.

Ah ! Les problèmes de bouffe et de chauffage ! C’était la préoccupation principale de maman Berthe et de Léon, dans ces années 40 et ça a bien duré jusqu’en 46, au moins, alors que la guerre était finie depuis plus d’un an ! Les courriers que j’ai conservés,  que ma maman Berthe échangeait avec sa belle mère, Marie, sont pleins de phrases très éloquentes à ce sujet du genre :

-    On a touché du charbon !

-    Merci pour le morceau de savon !

-    J’ai fait la queue deux heures à l’épicerie du port,  pour avoir une boîte de pâté. Je ne sais pas ce que c’est ?

 Mimi me fait marcher ! Il me dit « Ca doit être du chien ! » On s’en fout on va le manger quand même !    Lire la suite

 

 

Sur la radio jointe à cet article j'ai mis, parce qu'elle est de 1940 et parce que j'adorai chanter à tue-tête cette chanson: "Jim le gaucho" d'un chanteur oublié: Clément Duhours (La connaissez vous?)

 

25/04/2010

Ma guerre, pause du dimanche

Ma guerre, pause du dimanche! Ma guerre! Mon titre est symbolique car je m'aperçois en fait que mon titre pourrait être celui de beaucoup d'enfants au monde!  L'avantage du mien, c'est qu'il a existé, mais qu'il est passé. Quand je suis née c'était la guerre! Oui! Mais moi? comme j'étais une enfant, qu'ai-je vu? En fait! Ce que voient les mômes de Palestine ou d'Irak où de n'importe quel pays où ça pète, aujourd'hui.  Cours! Sauves toi! Gares toi! Ca fait Boum quelque part! Aussi ce que voient les gosses du Darfour ou de beaucoup de pays d'ailleurs où les parents cherchent de l'eau, de quoi bouffer (et ils n'ont pas forcément des tickets!), de quoi survivre! J'ai connu les restrictions, les tickets et tout ce qui va avec. Je vais vous parler de tout ça! J'ai aussi connu la joie qui déferle sur un peuple quand toute cette M... s'arrête; Cest finalement ce dont je me souviens le plus et je vais vous le raconter aussi, mais pour moi, il y a eu une fin. Une période de joie dont je vous parlerais et après une longue vie tranquille. Mais pour eux? Ca dure! Alors? Pourquoi le monde ne leur donne-t-il pas à eux la joie de la libération?

On peut dire, parce que notre monde va mal: Il faudrait une bonne guerre! comme le dit

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique